Accueil
Guide Voyages en ligne
Location France
Location France spécial Montagne
séjours
Location Maison de caractère
croisières
Offres de location particuliers
Réservation d'hôtels
Réservation de billets d'avions
Location de voitures
Shopping
Qui sommes nous
Plan du site
Conditions générales
Espace presse
Contact

 
 

Vous êtes sur le guide Voyages

:: Guide Voyages > Pays > Rubrique

 

Londres

 

Histoire :

Vers 50 - Les Romains fondent Londinium.
61 - Saccage de Londres par la reine Boadicea et ses Icènes.
A partir de 410 - Londres est désertée par les Romains et tombe en ruine. Les Saxons leur succèdent.
VIIIe/Xe siècle - Invasions des Vikings et des Barbares.
1066 - Couronnement de Guillaume Ier le Conquérant, proclamé roi d'Angleterre à l'abbaye de Westminster.
1154 - La mort du roi Stéphane se traduit par l'avènement de la dynastie des Plantagenêt avec Henri II.
XIIesiècle - Manquant cruellement d'argent, les différents rois de cette époque garantissent l'indépendance de la City en échange du financement de leurs projets. A la fin du siècle, Old London Bridge est construit.
1295 - Un Parlement se réunit pour la première fois dans Westminster et la Chambre des communes tient ses séances dans la Chapter House de l'abbaye.
1300 - Londres compte 100 000 âmes.
1348/1349 - Peste noire, un tiers de ses habitants meurent.
1381 - Révolte des paysans. Plusieurs édifices londoniens sont brûlés.
1461/1485 - La maison d'York règne sur l'Angleterre.
1485 - Début de la Dynastie des Tudor, qui se terminera avec la mort d'élisabeth en 1603.
1555 - Sous le règne de Marie, fille d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon, l'Angleterre est sur le point de renouer avec la foi catholique. Mais Londres y est hostile. Persécution à l'encontre des protestants : 300 martyrs sont brûlés vifs à Smithfield.
1603 - Jacques VI, roi d'écosse devient Jacques Ier d'Angleterre. Son accession au trône marque l'époque des Stuart. La capitale compte 200 000 habitants.
1649/1660 - Le 30 janvier 1649, Charles Ier est décapité à Whitehall. Le Commonwealth est créé.
1660 - Restauration des Stuart avec l'accession de Charles II.
1664/1665 - En 8 mois, 110 000 habitants meurent de la peste.
1666 - Le Grand Incendie ravage pendant quatre jours le coeur de la City.
Début du XVIIIe siècle - Londres, qui compte plus de 500 000 habitants, est la plus grande ville d'Europe. La capitale devient un pôle financier.
1714 - Les Hanovre règnent sur l'Angleterre jusqu'à la mort de la reine Victoria en 1901.
1753 - Le premier British Museum est constitué.
1780 - Le Parlement propose d'abroger la loi interdisant aux catholiques d'accéder à la propriété. Le parlementaire Lord George Gordon organise une manifestation pour s'y opposer. Elle tourne à l'émeute.
1824 - La National Gallery est ouverte au public.
1835/1860 - Reconstruction du palais de Westminster.
1837 - Lorsque la reine Victoria accède au trône, Londres est la capitale du plus vaste empire de l'histoire mondiale.
1851 - Première Exposition Universelle à Hyde Park.
1863 - Construction du métro.
1900 - La population de Londres atteint 4,5 millions d'habitants.
1910 - Début du règne des Windsor, avec George V.
1914/1918 - Raids de Zeppelins sur la ville causant la mort de 300 personnes.
1926 - Grève générale. Londres est paralysée. L'armée intervient.
1938 - La menace allemande est si grande que le enfants sont évacués de Londres.
1940 - En septembre, une centaine de bombes (le Blitz) sème la terreur dans l'East End et fait plus de 2 000 victimes.
1940/1945 - Pendant toute la seconde guerre mondiale, Sir Winston Churchill dirigera les opérations militaires depuis les Cabinet War Rooms dans les sous-sol de Whitehall.
1945 - Le tiers de l'East End et l'ensemble de la City ne sont plus qu'un champ de ruines. Près de 18 000 tonnes de bombes ont été larguées sur la capitale faisant 29 890 victimes.
1952 - Début du règne d'élisabeth II.
Années 60 - Le "Swinging London" devient la ville à la mode.
1973 - L'explosion d'une bombe à Old Bailey (cour d'assises) marque le début de l'action de l'IRA sur le territoire anglais.
Milieu des années 70 - Les punks s'adonnent au "pogo" dans les clubs.
1979 - Margaret Thatcher accède au poste de Premier ministre.
Années 80 - Le chômage et la violence des forces de l'ordre est à l'origine de multiples émeutes. Les docklands désaffectés sont remis au goût du jour par les promoteurs.
1990 - John Major succède à la dame de fer.
1997 - Les travaillistes reviennent au pouvoir avec Tony Blair. La conjoncture économique s'améliore.
2000/2001 - Ken Livingston, dit Ken le rouge, travailliste exclu du parti, est élu maire de Londres en mai 2000. Il parvient à bloquer le projet de privatisation du métro préconisé par le gouvernement de Tony Blair.
2003 - En février, mise en place du péage (8 euros) pour les voitures souhaitant pénétrer dans le centre de Londres.

On sait peu de la ville avant la révolte de la reine Boadicea contre les romains en 61 av. JC. Les légions romaines se sont retirées au 5ème siècle. Celtes, Saxons et Danois revendiquent la région, mais ce n’est qu’en 886 que Londres émerge comme une ville importante sous le règne du roi Alfred. Sous les Normands et les Plantagenets, la ville se dote d’un gouvernement propre et son influence politique et commerciale croit. Au 14ème siècle, elle devient la capitale de l'Angleterre.

Le règne de Elisabeth 1er apporte à Londres prospérité, pouvoir et influence en étant le centre de la Renaissance anglaise à l’époque de Shakespeare. Une peste (1665) est suivie par le Grand Incendie (1666), qui détruit une grande partie de la ville. Sir Christopher Wren joua un grand rôle en reconstruisant Londres, planifiant plus de 50 églises, dont la plus célèbre est la Cathédrale St Paul.

Londres s’étend énormément au 19ème siècle, acquérant un immense prestige sous l’ère Victorienne comme capitale de l’Empire Britannique. La ville a été abondamment bombardée durant la deuxième guerre mondiale par les raids allemands qui ont tué plusieurs milliers de civiles. La plupart des parties détruites par les bombes ont été reconstruites avec de grands immeubles modernes.

Fondation et domination romaine

En 55 avant J.-C., Jules César débarque en Angleterre, et apporte la bonne parole romaine. Il ordonne la création d’un port nommé Londinium sur la rive nord de l’estuaire de la Tamise. Il semble que ce nom soit un dérivé du breton Llyn-Din (« Fort du lac »), du nom du village de pêcheurs qui s’y trouvait à l’origine. La ville se développe rapidement : un premier pont est bâti par-dessus le fleuve, et Londinium devient le plus important lieu de commerce et de transit de cette partie du monde romain. Malgré les pillages de l’armée des Icènes en 61 après J.-C., la ville prospère. Les Romains édifient le temple de Mithra (vestiges visibles près de Guidhall), et une enceinte est érigée. Mais dès les IIIe et IVe siècles après J.-C., les troubles à la frontière nord mettent à mal la domination romaine.

Nouvelle naissance

Londres conserve ses activités commerciales à la chute de l’Empire romain, mais elle ne tarde pas à subir de plein fouet les invasions des peuples nordiques qui détruisent une grande partie de l’ancienne ville romaine. Il faut attendre 796 pour assister à un renouveau. Les Anglo-Saxons occupent en effet le pays et font de Londres, pour la première fois, une résidence royale. Pour la ville portuaire, cette renaissance se traduit par un renouveau au niveau du commerce et de nombreuses routes vers les ports de la mer du Nord sont ouvertes. Le pouvoir, à nouveau stable, permet l’édification de somptueux monuments comme la Tour Blanche au XIe siècle. Londres devient même capitale politique après les victoires de Guillaume le Conquérant.

La cité médiévale

À partir du XIe siècle, Londres se couvre de maisons, d’églises et de monastères totalement en bois, dans le plus pur style normand. C’est une période faste pour la ville, qui développe considérablement son commerce maritime et qui connaît une forte croissance démographique. En 1215, par la Magna Carta, le roi Jean sans Terre reconnaît aux corporations londoniennes le droit de procéder à l'élection d'un lord-maire. La City acquiert ainsi une certaine indépendance politique. Malgré la peste qui tue la moitié de la population au XIVe siècle et la guerre des Deux-Roses qui se traduit par une lutte à mort pour le pouvoir, Londres continue à prospérer. Le quartier de Westminster est édifié comme un symbole et, au XVIe siècle, l'Église anglicane est créée par Henri VIII. Le commerce est florissant et les échanges se tournent vers l’Amérique. Le pouvoir politique se stabilise et la ville connaît un rayonnement culturel exceptionnel, notamment grâce à William Shakespeare.

Troubles et malheurs

Cette glorieuse période va néanmoins s’achever brutalement. En 1649, une série de troubles dans tout le royaume provoque un mécontentement grandissant. Ces évènements poussent les Londoniens à faire la révolution et à décapiter Charles Ier à Whitehall. Cromwell lui succède, mais il ne parvient pas à mettre fin aux troubles. Pour aggraver la situation, en 1665, 100 000 Londoniens décèdent de la Grande Peste. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, l’année d’après, le Grand Incendie de 1666 détruit pendant 4 jours les 4/5 de la ville : 13 000 maisons, toutes en bois, et 90 églises, dont la cathédrale Saint-Paul, sont réduites en cendres.

La troisième naissance

Une nouvelle fois, Londres va renaître de ses cendres. À la suite du Grand Incendie, Christopher Wren lance la reconstruction de la ville dans un style qui lui est très personnel. Cette renaissance est favorisée par l’avènement de Marie II Stuart, après la seconde révolution anglaise. Les quartiers bourgeois de Marylebone, Chelsea, Greenwich et Kensington accueillent les résidences des « gentlemen ». Des ponts sont jetés par-dessus la Tamise pour permettre le développement de la rive droite. De nombreuses améliorations sont à noter dans les infrastructures : eau courante, tout-à-l’égout, éclairage public à gaz, développement des premiers transports en commun (fluviaux essentiellement), etc.

L’ère victorienne et la Révolution industrielle

Le couronnement de Victoria en 1837 comme reine de Grande-Bretagne et d’Irlande, puis surtout en 1876 comme Impératrice des Indes, marque le début de l'« ère victorienne », période où la puissance et l'impérialisme britanniques sont à leur apogée. Londres se modernise, s’agrandit grâce à un formidable exode rural européen (Irlandais et Juifs d’Europe Orientale essentiellement), et devient le centre de l’économie mondiale. En un siècle, la population est multipliée par six et l’agglomération compte ainsi plus de six millions d’habitants à l’aube du XXe siècle. La Révolution industrielle crée un grand nombre d’emplois, mais provoque aussi le développement de quartiers ouvriers misérables dans l’East End, parfaitement dépeints dans les romans de Charles Dickens. Londres est ainsi coupée en deux mondes : pendant que les ouvriers tentent tant bien que mal de survivre dans l’East End (où un homme surnommé Jack l'Éventreur sème la terreur dans les rues de Whitechapel en 1888), les nobles, les bourgeois et les aristocrates vivent somptueusement dans les quartiers du West End et dans les faubourgs. Ils organisent une Exposition Universelle, font creuser le métro et attirent les artistes. Le pouvoir royal profite de cette période fastueuse pour prendre ses quartiers à Buckingham Palace, au cœur de la ville.

Les conflits mondiaux

L’ère victorienne ne s’achève pas à la mort de la reine Victoria en 1901 mais au déclenchement de la Première Guerre mondiale. La capitale britannique est très peu touchée par le conflit, avec seulement 31 raids et moins de trois mille victimes, mais elle subit par la suite une grave récession. La ville connaît un nouvel essor spectaculaire dans les années 1930. Grâce au développement des transports collectifs et à l’amélioration des conditions de vie, la population augmente encore et s’installe dans les banlieues. La Seconde Guerre mondiale marque un nouveau frein dans l’expansion de la capitale britannique. La ville est cette fois sévèrement touchée par les bombardements de 1941. Les raids aériens allemands sur la ville tuent plus de 30 000 personnes et endommagent la City. Le 18 juin 1940, un certain Charles de Gaulle parle à la BBC pour appeler le peuple français à la résistance contre l’occupant nazi. Un grand nombre de monuments historiques sont endommagés pendant cette période, et de nombreux quartiers sont presque rasés de la carte.

Elisabeth II et la reconstruction

En 1952, Élisabeth II devient reine d'Angleterre et souveraine de l'Empire britannique. Elle va s’engager à remettre la ville sur les rails de la modernité. Car c’est une ville bien différente qui renaît à la suite de la guerre. Les docks ont été tellement touchés que Londres doit abandonner l’idée de leur reconstruction et donc délaisser son activité maritime. Une grande déconcentration est opérée du centre vers la périphérie, créant une immense zone d’influence de près de cent kilomètres de diamètre : c’est la naissance du Grand Londres. Pour réparer les dégâts de la guerre, de nombreux quartiers sont totalement réaménagés. La City devient un véritable pôle financier, attirant près d’un demi million de travailleurs chaque jour, et de nombreux gratte-ciels y sont érigés. Avec le démantèlement de l’Empire colonial britannique à la fin des années 1950, Londres devient une capitale moderne, cosmopolite et multiculturelle.

Dernières nouvelles

En 1979, Margaret Thatcher est nommée Premier ministre et engage la ville dans une course au libéralisme : poste, transports, etc. Mais en 1990, 300 000 personnes se retrouvent à Trafalgar Square pour protester contre sa politique, notamment contre la poll-tax (impôt sur la communauté). Résultat : Maggie démissionne et l'impôt est réformé. 1992 voit l’élection surprenante de John Major. C’est la quatrième victoire d'affilée pour les conservateurs. La même année est marquée par l’arrivée du problème irlandais dans le débat politique avec deux premières bombes de l'IRA qui explosent dans le centre de Londres. En 1997, l'élection de Tony Blair, leader du parti travailliste, met fin à 18 ans de pouvoir conservateur. Cette année 1997 marque profondément les Londoniens et les Anglais en général avec la mort de Lady Diana dans un accident de voiture sous le tunnel du pont de l'Alma à Paris. Trois ans plus tard, le travailliste très à gauche Ken Livingstone est élu maire de Londres. Malgré plusieurs décès dans la famille royale, la Reine entame en 2002 son jubilé. Point d'orgue : des concerts en son honneur dans les jardins de Buckingham (jamais ouverts au public) devant 12 000 personnes tirées au sort.

 

 

Géographie et Tourisme :

 

A ne pas manquer : 

L'Angleterre est la plus riche et la plus peuplée (47,8 millions d'habitants) des régions qui composent la Grande-Bretagne. Londres, sa capitale, est aujourd'hui la plus grande métropole européenne.

Cadre naturel L'Angleterre est limitée au nord par l'Écosse et à l'ouest par le pays de Galles; elle est baignée à l'est par la mer du Nord, au sud-est par le pas de Calais, au sud par la Manche et à l'ouest par la mer d'Irlande. Son relief est formé, au sud et à l'est, par un bassin sédimentaire, le bassin de Londres, dont l'altitude n'atteint pas 300 m, entouré, au nord et au sud-ouest, par des massifs anciens ne dépassant pas 1.000 m. Dans ses couches doucement inclinées vers le sud-est, l'érosion a mis en valeur des fronts de côtes alignés du nord-est au sud-ouest, les Cotswold Hills, taillées dans le calcaire jurassique, et les Chiltern Hills, modelées dans la craie. Au sud-est, les collines des North et South Downs encadrent la boutonnière du Weald. Les North et South Downs s'achèvent sur la Manche par une ligne de falaises. À l'est, à l'intérieur du golfe du Wash, s'étendent les marécages des Fens. Au sud-ouest, la péninsule de Devon et de Cornouailles expose ses étendues de landes aux vents du large.

La zone montagneuse est occupée principalement par la chaîne Pennine, de direction nord-sud, qui s'avance entre les compartiments affaissés du Yorkshire à l'est, du Lancashire à l'ouest et des Midlands au sud. Les rivières qui en descendent sont à l'origine de la vocation industrielle de ces régions devenues les Black Countries, aux XVIIIe et XIXe siècles, grâce à l'exploitation des bassins houillers. Elle est prolongée à l'est par les Yorkshire Moors, à l'ouest par le petit massif du Cumberland, qui doit à l'action des anciens glaciers d'être constellé de lacs (Lake District), et au nord par les monts Cheviot, à la frontière anglo-écossaise.

La mer pénètre l'Angleterre de toutes parts. Les effets de la marée se font sentir jusque dans les estuaires les plus profonds et facilitent l'accès aux sites portuaires les mieux abrités. La masse des eaux marines régularise la température et donne au climat océanique l'essentiel de ses traits: faible amplitude thermique et pluies de saison froide. La région de Londres, moins exposée aux vents d'ouest, présente une tendance climatique continentale.

 

 

© All Rights Reserved, 2004-2008, CDUNET - .